Au fil des mots (135): « vaccin »

Ah, la Chine ! Ses virus et ses vaccins… quelle saga ! Malgré tout, question méthode de vaccination, on échappe au pire…

Je m’occupai aussi d’assurer ma santé. La vermine ne m’ayant pas dédaignée lors de mes vagabondages mandchouriens – c’est par les poux que se transmet le typhus – , je tenais à ne pas être à la merci d’un parasite dans cette Chine où je séjournerai peut-être plus longtemps que je ne pensais.

Depuis deux ans, les missionnaires sont immunisés contre le typhus exanthématique par un nouveau vaccin, fabriqué uniquement à Pékin.

Devant me faire injecter à trois reprises par le docteur Tchang, quelque quatre ou cinq milliards de germes fournis par deux cents poux environ, j’eus le loisir de visiter le laboratoire de l’université de Fujen. J’eus grand-peine à y entraîner Peter, qui prétendait que jamais un pou n’oserait attaquer sa peau de « dur à cuire ». Je lui fis observer que s’il tombait malade, j’aurais à le soigner, et qu’il me devait donc obéissance sur ce point.

Ce vaccin de Weigl est fait selon un procédé si curieux que j’en dirai quelques mots. On injecte à un cobaye le sang d’un malade atteint du typhus. Au bout de quinze jours, lorsque le cobaye est bien souffrant, on l’anesthésie, on lui ouvre le crâne, on enlève la matière cérébrale, virulente au plus haut degré.

Mais il s’agit encore de transmettre la maladie à des poux avant de pouvoir faire un vaccin utile à l’homme et c’est pour cela que le laboratoire de Pékin possède un élevage, unique au monde, de ces insectes.

Pour nourrir les poux, des Chinois guéris du typhus, et donc immunisés, viennent deux fois par jour leur servir de pâture. Une demi-heure, les poux sucent le sang qui leur est nécessaire. Chaque homme en nourrit deux cents sur ses jambes, répartis dans de petites boîtes dont un côté grillagé est maintenu contre la peau. Dans ces boîtes, sur un chiffon, sont posés leurs oeufs, qu’on recueille pour avoir des couvées du même âge.

« Ces nourrisseurs de poux, écrit le père Rutten, sont souvent des mendiants en haillons ; ils sont agréablement surpris aujourd’hui de recevoir un salaire pour nourrir des parasites qu’ils avaient hébergés gratuitement à toute heure du jour et de la nuit. »

Quand les poux ont dix jours, il est temps de les contaminer : au moyen d’une canule, on leur injecte dans l’intestin un peu de la matière cérébrale du cobaye typhique ; quelques jours plus tard les microbes pullulent. C’est alors qu’aidé d’un scalpel, on dissèque les poux ; leur intestin est placé dans l’eau phéniquée ; le liquide est broyé, clarifié, maintenu à soixante-dix degrés pendant une demi-heure… et le vaccin est prêt.

Ella MAILLART, Oasis interdites 1935, PAYOT

Ci-dessus, les patients nourrisseurs de poux, université de Pékin avec les petites boîtes attachées aux jambes.

Pour en savoir plus sur cette Suissesse ô combien atypique : Une Suissesse magnifique – Nouveau tempo libero

5 commentaires sur “Au fil des mots (135): « vaccin »

  1. Après plusieurs essais de réinitialisation de mot de passe et autres trucs d’informaticien, j’essaie une autre adresse mail « inconnue » de WorldPress :

    Je crois que la Chine ne nous a pas encore livré tous ses secrets 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Ah celui-ci a fonctionné.
    J’avais fait une petit mot ciselé, scron-gneugneu……disparu.
    J’y disais que j’avais ri jaune à l’énoncé de la recette de vaccin chinois……..le Chine m’a t’elle bloqué la glotte?
    Pasteur a du se retourner dans son laboratoire avec une telle recette…..est-ce que ça a fonctionné sans danger?
    Vraie question. J’ai des doutes!
    imaginons toutes les maladies ramassées chez les pauvres heres ( payés!! Ça m’a stupéfiée) qui étaient les festins des puces.

    D’autre part j’ai écouté avec délices, sans orgues, des motets de Campra.
    En particulier son requiem quasiment joyeux, sans aucune ressemblance avec celui du divin Amadeus, hors normes.
    Bonne écoute……

    Aimé par 1 personne

  3. -Explorer l’infiniment grand – comme tes belles montagnes par exemple – ou l’infiniment petit comme les microbes ou les virus est juste fascinant ! Il est vrai que le côté médical me passionne et m’attirera toujours .
    La description de la préparation de ce vaccin semble fantaisiste et pourtant : que n’a-t-on utilisé d’êtres humains pour diverses expériences hallucinantes comme cobayes ( CIA , camps d’expérimentations nazis ….) autrefois mais toujours à l’heure actuelle avec peut-être un consentement requis et petit défraiement à la clé .
    Les animaux , hélas , ne sont pas épargnés non plus malgré les nouvelles méthodes d’investigation et les nombreuses demandes de fermeture de ces laboratoires où la souffrance animale est à son paroxysme ( les images sont horribles à voir ) . Les avis restent partagés ….
    – Cela m’a permis de relire le blog sur ELLA MAILLART , grande et prodigieuse aventurière tout en écoutant du  » VERDI  » interprété par Ludovic Tézier : Dieu que j’ai bon ….
    – J’attendrai de tes nouvelles après ta 1ere vaccination à l’Astra-Zeneca ma gente dame .
    PS-Ces vaccins tant décriés par certains ont tout de même enrayés certaines maladies mondiales telles que la variole et permis aux gens de voyager dans de meilleures conditions entre autres ….

    Aimé par 1 personne

    1. Pour l’instant, je suis toujours vivante ! Les vaccins sont une prodigieuse avancée de la médecine. Ceux qui font la fine bouche sont, à mon avis, des gens qui n’ont jamais été confrontés personnellement à une maladie mortelle. Quel peut être l’état d’esprit de parents qui voient leur enfant mourir de la rougeole alors qu’il aurait pu n’en faire qu’une forme bénigne ou même l’éviter? Et cette tuberculose qui a fait tant de ravages au 19ème siècle, le choléra, la rage et l’horrible tétanos qui règne encore dans nos jardins… et puis se faire vacciner est une preuve d’altruisme !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s