Volée de bois vert

Journée du Patrimoine oblige, je m’en vais encore vous parler d’un lieu connu de tous les Liégeois mais méconnu ou du moins mal connu.

Notre bonne ville se remet seulement des immondes opérations immobilières qui l’ont défigurée dans les années 1970. Après avoir colmaté les brèches, on en est aujourd’hui à reconstruire un tout cohérent, assez élégant et novateur.

Mais que n’avons-nous pas dû subir…

Le quartier où je vous emmène est sans doute, avec celui de la place Saint-Lambert, le plus emblématique de ces affres « modernistes » complaisamment infligées par la société Demarche acoquinée avec certain échevin « bâtisseur visionnaire » de l’époque… 

Revenons aux sources. Il s’agissait tout d’abord d’un pont à reconstruire au tournant des années 50… Le Pont de la Boverie devint « Pont Kennedy ». De la rive droite vers la rive gauche :

Pont de la Boverie en 1946.jpg 3928747334.jpg

Puis ce fut « le tout bagnoles » avec ses saignées dans les vieux quartiers. Le quartier de la rive gauche paya le plus lourd tribut avec la disparition notamment de l’ancienne bibliothèque des Chiroux et les rues voisines du quartier des Croisiers pour faire place à la Tour Kennedy début des années 70…

quartier-croisiers-liege-1962.jpg construction_quartier_chiroux.jpg

Il était nécessaire ensuite de conduire cette nouvelle voie rapide vers le boulevard d’Avroy, et hop! on traça l’avenue Destenay en sacrifiant cette fois le quartier du Vertbois. Comme je le disais à certaines amies lors de notre visite, je me souviens très bien être allée à l’ancienne bibliothèque des Chiroux avec mon papa et encore plus avoir fréquenté le photographe que l’on aperçoit sur l’image de gauche, au rez-de-chaussée du petit building entre la station-essence et la maison de la Culture des Chiroux comme on disait alors (la devanture était jaune).

vertbois.jpeg chantier-destenay-liege-1971_75.jpg

piscine_eveche_vue_aerienne.png

Dans la configuration d’aujourd’hui comme on la voit ci-dessus, un bâtiment est complètement mis à nu et dépourvu de son environnement séculaire: le Vertbois (en rouge sur le dessus de la photo).

P1060187.JPG P1060188.JPG

De l’origine jusqu’aux années 1970, la cour d’entrée avait un vis-à-vis très proche au-delà d’une porte cochère en bois puis d’une grille…

808_001.jpg

 

B027520.jpg B167089.jpg

                              (1942)                                                    (1956)

P1060184.JPG

(2015)

Le Vertbois, c’était au départ le nom d’une auberge coincée entre l’église Saint-Jacques et l’abbaye de Beaurepart (dont on a parlé dans le poste précédent concernant la Chartreuse). À la fin du XVIIème siècle, le baron Jean-Ernest de Surlet-Chokier (ancien vicaire général du Prince-Evêque) rachète l’auberge, ses dépendances et ses jardins et y installe un hospice. Dans celui-ci, deux départements bien distincts, séparés par la chapelle : l’aile des filles repenties et celle des pauvres incurables. Un escalier à deux montées parallèles mais de sens contraire (unique en Wallonie) évitait la recontre des unes et des autres…

P1060153.JPG P1060157.JPG

L’hospice sera transféré ensuite au Valdor. L’aile gauche accueille alors l’école de Mécanique de la Ville de Liège jusqu’en 1932, puis est pressentie pour être le siège du Musée de la Vie wallonne. Elle est abandonnée à l’annonce de la guerre puis est pulvérisée par une bombe volante en 1945. L’aile droite accueille dès 1892 les orphelins de l’Assistance publique jusqu’en 1981, avec une grande modernisation au début des années 50 (avec reconstruction de l’aile gauche en vrai faux-vieux).

De nombreux anciens orphelins se sont pressés aux portes ouvertes du week-end dernier et tous ont témoigné de la bonne ambiance familiale dont on les entourait (le directeur et sa famille mangeaient au réfectoire avec les enfants, il y avait le chauffage central et toutes les commodités d’hygiène dont des douches…).

B167078.jpg refect.jpg

Les bâtiments sont aujourd’hui le siège du CESW (conseil économique et social de Wallonie). Le réfectoire, la salle de jeu et l’étude ci-dessus à droite sont devenus le hall d’entrée ; les étages sont occupés par différents bureaux.

P1060170.JPG P1060169.JPG

Les combles ont été aménagés en salles de réunion, accessibles par une élégante passerelle. 

P1060166.JPG P1060163.JPG

Quant à la chapelle dédiée à Saint-Charles Borromée, elle devint une salle de gymnastique et aujourd’hui est la salle  de réunion du Conseil.

chapelle.jpeg P1060155.JPG

Exceptionnelle visite organisée par l’association Art&Fact, merci à notre guide Eva dont nous avons souvent croisé la route et qui chaque fois nous enchante par ses explications pointues mais compréhensibles pour tous. 

Nous avons terminé par les jardins jouxtant le Grand Séminaire et l’Évêché.

B167095.jpg P1060171.JPG

P1060173.JPG P1060183.JPG

et l’aile gauche avec ses caves restaurées recélant des trésors extraordinaires (plans, cadastres, dessins architecturaux). Nous y avons notamment fait connaissance avec un certain Jean-François Blondel. je vous en parlerai bientôt…

timthumb.jpeg P1060180.JPG

Bref, ravie de la découverte de ce monument que je longe depuis plus de 30 ans sans avoir imaginé un seul instant sa très riche histoire. C’est ça, le miracle et la joie des journées du Patrimoine! 

P1060186.JPG P1060189.JPG

P1060146.JPG

Liege Vertbois Vertbois _JLD1555.jpg

 

4 commentaires sur “Volée de bois vert

  1. Superbe présentation et excellent parallèle entre les photos d’époque et celles d’aujourd’hui. Comme si on y était.
    Bravo

    J'aime

  2. Merci, José! J’ai véritablement découvert l’histoire de ce bâtiment lors de cette visite. Ce quartier Croisiers, Chiroux, Vertbois a été complètement transfiguré sous nos yeux et pourtant beaucoup de participants à cette visite ne se souvenaient déjà plus du temps d’avant qui ne date que de la fin des années 60 et du début des années 1970 pourtant. Comme on oublie vite!

    J'aime

  3. Visiter le Vertbois , c’est un peu remonter le temps pour moi . Car la 1ere fois que j’en ai entendu parler , c’est lors de mon stage ( études de puériculture et aspirante en nursing) au Balloir : centre d’accueil pour enfants placés à la suite d’une décision judiciaire et orphelinat pour filles. Le Vertbois accueillait les garçons….
    Le Balloir ,construit au 16eS , a été remanié au cours des siècles et a subi ,lui aussi diverses occupations .Et c’est ce même Jean Ernest ,baron Surlet de Chokier ,qui y institua l’hospice Ste-Barbe pour filles insoumises en 1698.( et plus tard ,transférées au Vertbois).
    Chaque établissement a été rénové en fonction de ses nouvelles occupations mais conserve le caractère de ses origines.
    Cette belle visite fût intéressante et instructive: elle a comblé mes lacunes .Et l’ Histoire continue…..

    J'aime

Les commentaires sont fermés.