Notre verte colline

Comme celle de Bayreuth, elle pourrait être sacrée puisque pas moins de quatre ordres monastiques l’ont occupée : les Oblats, les Prémontrés, les Chartreux et les Carmélites qui y séjournent toujours. Elle porte également le nom féminisé de l’un d’eux : la Chartreuse. Comme celle de Bayreuth, elle est aussi verte, c’est un des poumons écologiques de la ville. La voici visible depuis la passerelle panoramique de la Citadelle, la colline d’en face. 

belvedere-Citadelle.jpg

Ceinturée par l’Ourthe et la Dérivation de la Meuse à la base, et par le cimetière de Robermont et la commune de Fléron au sommet, elle correspond aujourd’hui aux quartiers de Basse-Wez et de Grivegnée. Si l’histoire de Liège est faite de milliers d’événements et de rebondissements en tous genres qui font perdre la tête aux plus érudits des historiens de la principauté, la Chartreuse en a vécu bon nombre!

Tout commence par un oratoire administré par l’ordre des Prémontrés qui y vénèrent Saint-Corneille, d’où le premier nom de cette colline : le Mont-Cornillon. Ils y installent un hospice puis une léproserie, quatre bâtiments dont deux sont réservés aux hommes et deux aux femmes, ceux-ci étant gérés par des Soeurs (dont la célèbre Sainte-Julienne à l’origine de la Fête-Dieu qui devint prieure en 1230 et voulant  y remettre de l’ordre et de la discipline, dut d’enfuir et fut poursuivie pendant de nombreuses années par ses détracteurs à Huy, Antheit, Namur jusqu’à Fosses-la-Ville). Mais cette colline stratégique est l’objet d’attaques incessantes et les Prémontrés abandonnent les lieux pour l’Abbaye de Beaurepart-en-Île, aujourd’hui le Grand Séminaire de Liège. La situation sanitaire s’améliorant, la léproserie est fermée, fait place à une foire aux bestiaux et le couvent déserté devient une forteresse, détruite en 1336 par les Liégeois eux-mêmes en révolte contre leur Prince-Evêque.

Ah! Y avait de l’ambiance en ce temps-là et encore, je vous résume les péripéties…

Le lieu déserté est octroyé ensuite aux Chartreux qui y érigent un nouveau couvent, y vénèrent Saint-Bruno et y restent jusqu’à la Révolution liégeoise en 1794. 

1024px-Liege-Blaeu-cornillon.jpg

Ci-dessus, Saint-Remacle à gauche, les bâtiments de la léproserie et le couvent des Chartreux à flanc de coteaux.

Le couvent est détruit en grande partie et les ruines sont cédées aux Petites Soeurs des Pauvres qui s’y installent et y accueillent les plus démunis.  Ces dernières années, le bâtiment devint un Park-hôtel et aujourd’hui, est en complète réhabilitation pour y installer une résidence de luxe pour seniors.

cornillon.jpg  P1050921.JPG

P1050914.JPGLa léproserie, quant à elle, devint le Carmel de Cornillon qui abrite toujours aujourd’hui des soeurs Carmélites. Il est possible d’assister à des offices.

Tout cela sur la face mosane de la colline.

 

Vers l’Ourthe, c’est l’ordre missionnaire des Oblats qui rachète à la fin du 19ème siècle l’ancien casino de la rue du Beau-Mur et y fait construire une église néo-gothique durement touchée pendant la deuxième Guerre mondiale et qui est désormais fermée au public.

 

 casino.jpg Oblats.jpeg

T_II_F_3_53.gifVoyons maintenant le sommet de la colline. La forteresse construite puis détruite en 1336 est remplacée plus tard par un fort hollandais à la Vauban qui devait compléter la Citadelle érigée en face sur l’autre rive de la Meuse. 

Malheureusement, l’urbanisation de la région de Péville rend ce rôle très périlleux avec l’avènement des canons longue portée ; la forteresse devient alors simplement une caserne de 1891 à 1981, une garnison ennemie, une prison et un hôpital au gré des différentes guerres et des occupants français, belges, allemands, américains… 

image010.jpg

La Chartreuse aujourd’hui est un but de promenades et de découvertes en pleine nature.

On y monte par le Thier de la Chartreuse, puis une ruelle et l’ancienne route d’Aix-la-Chapelle surplombée par l’Arvô, ancien pont fortifié entre la ferme des Chartreux et leurs terres.

P1060013.JPG  P1060012.JPG

Les bâtiments militaires abandonnés ont été la proie de promoteurs immobiliers qui ont laissé tout aller à l’abandon. Ce patrimoine inestimable ne peut plus être que démoli, il n’y a rien à sauver malheureusement. Visite surréaliste au pays du tag, du paint ball et des milices para-militaires hollandaises!

P1050940.JPG P1050946.JPG

P1050952.JPG  P1050953.JPG

P1050958.JPG  P1050965.JPG

P1050966.JPG  P1050967.JPG

Si c’est bien peine perdue pour le sauvetage des bâtiments, la Ville de Liège et des associations écologistes ont acquis une grande partie du parc. Des chemins de promenade montant notamment du parc des Oblats, la merveilleuse lande des aubépines, les dalles minérales (zones ouvertes), une partie en gestion raisonnée (les îlots forestiers de sénescence ) pour la sauvegarde de la biodiversité de la faune et de la flore, des lieux romantiques au gré des fortifications… On n’est pas loin de Brocéliande!

P1050977.JPG P1050978.JPG

P1050989.JPGP1050980.JPG

     

  

 

 

 

 

 

 P1050982.JPG  P1050986.JPG

Nous avons découvert ce lieu au départ du Thier de la Chartreuse mais il est aussi possible de l’atteindre par le parc des Oblats (Grivegnée-bas) et Péville (Grivegnée-haut). Nous y reviendrons en automne car le parc de 19 hectares ne contenant que des feuillus, si l’automne n’est ni trop pluvieux ni trop venteux, on pourra y faire de superbes photos et y vivre comme un été indien!

Que de choses trouvées sur le net ! Ce lieu est devenu emblématique pou les écologistes mais aussi pour les historiens, les photographes en quête d’ambiances particulières!  Elle, aussi, a bien des mystères, notre verte colline liégeoise!

Petit album avec quelques clichés à droite!

 

 

4 commentaires sur “Notre verte colline

  1. Quel moutonnement vert sur la première photo!
    Étonnant et bien chanceux les liégeois de pouvoir profiter d’autant d’oxygène à portée de promenade.
    Effectivement, a l’automne vous en aurez plein les yeux!
    Profitez bien d’un si joli parcours, moins les ruines gribouillées.
    Ici, sur le mont Rigaud qui n’est en fait qu’une petite colline, mais avec une biodiversité unique, reviendra comme chaque année la grande fête de l’automne, avec promenades en montée raide et en descente du même type, parmi les ors et les magentas. Nous ne ratons jamais une telle aubaine, car à ce moment là nous profiterons des dernières feuillaisons avant les grands blancs…..tant pis, à ce moment là, comme tout jardinier patient et rempli d’une foi inébranlable……..j’attendrai les premiers crocus avec gourmandise!
    Carpe diem…..

    J'aime

  2. Ah, cousine! Les grands espaces liégeois ne sont rien à côté des vôtres mais c’est vrai qu’on a de la chance à Liège d’avoir une véritable ceinture verte qu’on préserve avec soin. Même les vieux terrils se sont couverts d’arbres et sont des havres de biodiversité. On y fait des balades écologiques étonnantes tout comme sur certaines friches industrielles dépolluées par les plantes qui sont venues nicher là . Sans oublier évidemment le Sart-Tilman qui est comme une coulée forestière venant de la sauvage vallée de l’Ourthe. La nature est bien faite et gagne toujours!

    J'aime

  3. Un temps paradisiaque a accompagné mes pas tout au long de cette balade verte si surprenante. Se plonger dans une belle nature sauvage préservée et entretenue par des associations écologiques et découvrir en son sein des bâtiments tagués et en ruines , m’a laissée perplexe devant ce spectacle de désolation. Les promoteurs immobiliers …sont immobiles : si projets il y a , rien ne bouge, hélas !
    Reste ce grand lieu chargé d’histoire avec son immense parc qui nous tend les bras et nous accueille en toute saison pour de magnifiques randonnées et de sublimes photos souvenirs.

    J'aime

  4. Il nous faudra le découvrir depuis les Oblats et Péville, si l’automne se couvre de belles couleurs, on retournera s’y balader et y faire de belles photos! Je me réjouis déjà!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.