Au féminin

Un petit livre que j’ai glissé dans ma mallette un jour de délibés, me disant que si les choses tiraient en longueur, j’aurais de quoi passer le temps agréablement. J’avais les clefs d’un joli monde.

Nous voilà dans un gynécée parisien où vivent Carla, Giuseppina, Rosalie, Simone et la Reine. À l’abri des hommes. Un mode de vie qui n’est pas un choix féministe mais une sorte d’instinct de survie car la vie les a bien cabossées, ces dames. Chacune a un sac à dos plein à ras bord de blessures, de désillusions, d’humiliations.

C’est ce que va nous raconter Karine Lambert dans son premier roman, L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes.  

prix2.jpeg  Karine Lambert.jpeg

Carla partie se ressourcer en Inde, c’est Juliette qui va occuper son appartement. Car ces dames vivent en communauté dans un grand immeuble du XXème arrondissement de Paris mais avec chacune son espace à vivre personnel.

Juliette découvre un endroit calme, fleuri, reposant. Aucun homme n’y entre jamais. Pour toutes les situations de la vie quotidienne nécessitant l’intrusion dans leur résidence, elles font appel à des femmes. Un exception: Jean-Pierre, le matou… Elles ont fait allégeance au réglement édicté par la Reine, en souffrent parfois car même leurs fils sont interdits d’entrée. Mais le lieu ne ressemble en rien à un couvent, tout y est souvent joyeux, on y partage une fois par semaine un vrai festin.

Sauf que Juliette, elle, n’a en aucun cas renoncé à l’amour des hommes. Tout en respectant l’interdit, elle va quand même titiller les certitudes, chambouler les esprits. Vous pensez, elle est monteuse et ses films cultes sont Le Vieux Fusil, Des Dieux et des hommesOut of Africa et Sur la Route de Madison. Elle côtoie tous les jours l’expression cinématographique de l’amour sublimé…

Avec légèreté, l’auteur nous brosse le portrait de ces femmes. Giuseppina, la Sicilienne, « vendue » par son père à un mari qui ne voit en elle qu’une machine à satisfaire ses besoins de mâle. Simone tombée sous le charme de l’Amérique du Sud et de ses machos. Rosalie qui a vu son François d’amour prendre ses jambes à son cou quand elle a parlé de son désir d’enfant. La Reine, ancienne danseuse étoile qui a collectionné les aventures romanesques, mais dont le corps lâche inexorablement. Juliette? Elle, elle ne fut jamais aimée de ses parents qui l’oubliaient sciemment partout où ils le pouvaient… 

C’est vif, moderne, optimiste, désenchanté aussi et plein d’humour. J’ai lu certains commentaires de lectrices qui  avaient été déçues du manque de vrai féminisme revendicateur. Ce n’est pas le propos de cette histoire mais bien les stratagèmes que ces femmes ont trouvés pour s’en sortir dignement et chercher l’apaisement.

Je ne doute pas que ce livre délicieux sera bientôt porté à l’écran. Un film choral comme Vincent, François, Paul et les autres ou Le coeur des hommes mais où cette fois, ce seront les femmes les narratrices.

Et d’ailleurs, pourquoi ne pas jouer au petit jeu des actrices qu’on verrait bien dans tel ou tel rôle? J’attends vos suggestions! 

Parmi les scènes cultes de Juliette, il y a le final de Sur la route de Madison, le moment où Francesca tourne lentement la poignée de la portière… avec Meryl Streep au sommet de son art. On se la regarde? Tout juste sublime! 

     

5 commentaires sur “Au féminin

  1. Je ne veux pas le lire ou j’y déménage de suite!
    Par contre je viens de terminer un petit livre extrêmement drolatique et aussi très bien documenté, a l’accent du véritable.
    Étonnamment c’est ma petite fille de 8 ans qui me l’a choisi: bien sûr la page couverture met en scene un ravissant chaton et une coccinelle, tout pour plaire a une gamine de cet âge!
    Nous étions mes 3 petits enfants et moi en librairie pour leur choisir un livre, et finalement je suis ressortie avec celui là’. Aucun regret.
    Et le livre est un petit trésor, surtout pour qui est prof en retraite ou non.
    Aucun pathos, mais bien des étonnements, et des crises de fou rire jusqu’aux larmes:
     » Et soudain tout change » de Gilles Legardinier
    J’avais déjà lu de lui  » completement cramé » un autre bijou du rire…
    Bonne lecture tout le monde

    J'aime

  2. Merci, cousine! Je suis sur la trace d’un autre livre dont on m’a dit le plus grand bien : Sacré bleu de Christopher Moore. Une intrigue dans les milieux impressionnistes parisiens, l’enquêteur est Toulouse-Lautrec et il cherche l’assassin de Van Gogh… Il paraît que c’est complètement barré et succulent. J’irai à la FNAC après-demain pour voir s’il est en magasin. Encore de bonnes heures de lecture en perspective!!!
    La canicule est terminée, il fait 14 degrés avec un vent très désagréable et de la pluie. On a donc ressorti les pantalons et autres vestes… Bisous liégeois

    J'aime

  3. Je viens d’aller voir qui est ce Christopher Moore……complètement loufoque le type!
    Je sens que je vais m’y plaire!
    Quand tu vois un titre du style » le sot de l’ange » conte deNoel improbable, miam! Et le reste est a l’avenant.
    Cousine je crois qu’on a pas fini de se régaler!
    Pourtant je lis par petits bouts, dans la voiture en attendant les enfants après la voile ou à la piscine pendant que l’un plonge ou l’autre se synchronise parfaitement avec ses copines.,
    Bon, les douches, les dents, la lecture et les chatouilles de bonne nuit avec plein de bisous, voici mon avenir proche.

    J'aime

  4. Juste un petit livre écrit par une femme et , racontant des vies de femmes meurtries par la vie . On pourrait s’y retrouver un peu , alors surgissent de lointains et sombres souvenirs que l’on voudrait oublier à jamais .
    Réunies dans un bel immeuble autour d’une Reine intransigeante quant au renoncement total aux hommes , chacune (des 5 ) y retrouve un peu de paix , d’estime de soi , mais n’oublie pas pour autant la chaleur masculine…Résignées volontaires jusqu’à ce rebondissement , ce petit grain de sable prénommé Juliette ….
    Une histoire attachante sur fond de solidarité féminine, où le grave côtoie le festif , la tristesse à la bonne humeur mais aussi une amitié véritable comme j’aime !
    FILM : voici mes propositions parmi d’autres
    ——–Stella dite La Reine : Carole Bouquet
    ——–Juliette : Julie Depardieu
    ——–Giuseppina : Valeria Bruni Tedeschi (selon ton idée)
    ——–Simone(et son fils Diego ) : Fanny Ardent…..sans oublier le chat !
    ——–Rosalie : Sandrine Kiberlain
    ——–Carla : Sophie Marceau….
    Voilà , à toi de jouer maintenant . Bisous ma gente dame .

    J'aime

  5. Merci pour la distribution ! Pour te donner la mienne, il faudrait que je relise un peu le bouquin. Mais nous étions d’accord sur les trois premières… J’aimerais bien placer aussi Anny Duperey, Isabelle Huppert, Sandrine Bonnaire, Marie Gillain, Cécile de France et tant d’autres ! Et pourquoi de chères disparues ? La merveille Bernadette Lafont par exemple j’aime les actrices! Rends-moi le bouquin et je m’y colle!!! Merci pour ton commentaire !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.