La baby factory des Ardennes

Quel enfant liégeois n’a jamais fréquenté cet endroit idyllique pendant les beaux jours d’été?

A_503122.jpg IMG_7310 - Copy.JPG

lac wégimont.jpegOn y trouve tout pour s’amuser : un mini-golf, des tennis, une plaine de jeux, des bois, un arboretum, des barbecues, des étangs romantiques avec barques, le seul camping de la périphérie liégeoise…

Et pendant ces jours de canicule que nous venons de vivre, l’immense complexe aquatique qui a remplacé l’antique piscine de notre jeunesse fut pris d’assaut !

Devenu propriété de la Province de Liège en 1920, c’est une des perles du tourisme wallon: le domaine de Wégimont à Soumagne.

Mais à Wégimont, il y a aussi un château.

wegimont chateau 2011.jpg

Les premières traces datent du XVème siècle. Il passa de mains en mains et fut considérablement abîmé lors de la guerre entre les Chiroux et les Grignoux en 1636. Appartenant alors aux d’Aspremont, il devint la propriété ensuite des Eynatten et des d’Oultremont jusqu’en 1920. Les deux comtesses, Camille et Appoline, le vendirent à la Province de Liège qui ne sut qu’en faire jusqu’en 1938. Nous étions alors à l’époque des premiers congés payés et il fut converti en centre de loisirs avec son parc de 18 hectares que le roi Léopold III vint inaugurer.

256_001.jpgAYENEUX Château de Wégimont fossé & façade ouest ed. Ern. Thill & Nels (Small).jpg

546_001.jpgAYENEUX Château de Wégimont 1956 ed. Blanchy (Small).jpg

Dans ma jeunesse, une partie du château était également affectée à une maison de retraite. En 1964, un drame dont je me souviens parfaitement : le château flamba à cause d’une friteuse mal éteinte. Il y eut 17 victimes et le château n’était plus qu’un amas de ruines fumantes. Mais on le reconstruisit rapidement sans toutefois respecter le plan d’origine, la tour et le corps de logis principal ayant disparu.

Wegimont 01 voir CDSB 28.jpg

Beaucoup d’historiens regrettent qu’il n’existe que peu de documents sur ce beau château. Mais ce n’est pas étonnant car il a une part d’ombre, une tache honteuse : il fut le seul Lebensborn de Belgique, « le Lebensborn des Ardennes ».

Lors de la seconde guerre mondiale, les Allemands organisèrent des centres d’éducation pour les jeunes bambins nés de très jeunes mères d’origine germanique. Elles y étaient mises en production comme des poules pondeuses pour fournir à l’Allemagne de vrais petits aryens, de futurs invincibles soldats. Le Lebensborn de Wégimont s’est développé sous la direction d’Inge Viermetz avec un personnel de jeunes aidantes et infirmières, et des médecins et gynécologues de Soumagne et de Liège.

200px-Inge_Viermetz.jpg personnel_wegimont.jpg

Cependant l’intendance laissait beaucoup à désirer et causait énormément de soucis aux autorités allemandes : la mort d’un bébé, une invasion de moustiques dus aux étangs, du personnel peu zélé contraignirent de transporter un temps les pensionnaires à l’hôpital de Bavière. Tout sembla ensuite rentrer dans l’ordre mais les Alliés approchaient. Mères et enfants furent séparés, envoyés en Allemagne dans d’autres institutions. Après la Libération, les petits parlant français ont pour la plupart été déclarés comme Français et placés en familles d’accueil ou adoptés par des Français.

Je vous propose la lecture d’un excellent article retraçant cette époque douloureuse. Le journaliste Joël Matriche reçut d’ailleurs le prix DEXIA pour ce travail : Jöel Matriche, Les Enfants belges du Führer.

Voici un lien vers ce travail mais il ne fonctionne pas sur Internet Explorer mais bien sur Google Chrome.

http://joelmatriche.com/lebensborn/?page_id=41

Après la Libération, le château servit de prison pour les militaires allemands puis de lieu de repos pour les GI’s.

Une histoire du château à travers le temps un peu plus détaillée :

http://www.provincedeliege.be/sites/default/files/media/268/Un%20bref%20historique%20du%20Ch%C3%A2teau%20et%20du%20Domaine.pdf

Ainsi donc ce domaine si plaisant et si fréquenté aujourd’hui nous cache bien des mystères inavouables!

9 commentaires sur “La baby factory des Ardennes

  1. J’y suis allé régulièrement dans ma jeunesse, j’habitais pas très loin de là… mais à cette époque bien loin de me douter de cet épisode assez tragique de l’histoire. Je l’ai découvert il y a quelques années dans un reportage télévisé sur le sujet !

    J'aime

  2. Moi aussi, j’y suis allée bien souvent ! Mais l’histoire du Lebensborn, je ne l’ai découverte qu’il n’y a un an environ…

    J'aime

  3. J’ai toujours été étonnée, surprise, deplaisament outrée, ou au contraire admirative, de ce que vivent les bâtiments.
    Ils sont contruits au départ avec déjà une idée de leur nécessité commise par le gouvernement en place, qu’il soit l’envahisseur ou l’elu: HLM, palais, ou autre prison genre celle de Mandela, Tours et autres créneaux , églises , et qui au bout du compte deviennent autre chose, et servent soit au tourisme, soit d’hôpital, de maison de retraite pour vieux( oui, je revendique ce  » vieux » mot qui dit ce qu’il dit! J’en suis une! Et surtout pas de cet horrible  » âge d’or ou autre aîné ». Bon, je m’egare) a la limite de théâtre ou encore « d’hôtel de choix », comme cette prison terrifiante russe au départ, vue dernièrement à Vilnius et qui est devenue un hôtel bizarre ou les touristes jouent à être prisonniers…..du dernier mauvais goût selon moi.
    Le maudit tourisme fait vraiment des enfants hideux parfois.
    Et ces bâtiments qui n’ypeuvent rien, passent comme ici de pouponnière obligatoire à prison et maintenant au tourisme urbain…..
    On est content quand leur sort est meilleur, mais l’humain est versatile, que leur réserve l’avenir? que sera ce château dans 100 ans, a quelle fin servira t’il? Au contraire de leurs fondations rien n’est bétonné pour eux, et découlant de cela, non plus pour les populations humaines.

    J'aime

  4. Les bâtiments ont mille vies et mille morts. Nous allons samedi faire une petite excursion â Maastricht – ville de Hollande désormais internationale, sur la Meuse, sœur jumelle de Liège puisqu’on y célèbre la messe en wallon, et à une heure en train de ma maison – et j’espère pouvoir aller y visiter une extraordinaire librairie installée dans une ancienne église dominicaine… Évidemment il y aura un post et des photos!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.