L’art de la mort

Cette journée est bien souvent le prétexte pour les chaînes de télévision de nous traîner dans des visites de cimetières sur un ton larmoyant et compassé. Cette année, la mode semble être de compatir sur le manque de fréquentation des cimetières dû aux crémations et le délabrement de certains monuments funéraires remarquables. 

Car il existe un art funéraire depuis la nuit des temps.

Le développement artistique de l’esprit humain fut tout de suite lié à la mort et à son mystère. Les grandes civilisations antiques nous en ont laissé des témoignages indiscutables. Deux civilisations méditerranéennes me semblent étonnantes dans ce domaine: celle des Égyptiens et celle des Étrusques.

Allons des témoignages les plus gigantesques aux plus minuscules.

En Égypte, des premiers mastabas aux célèbres pyramides

449_Beit_khallaf.jpeg steppyramid.jpeg

Snefrou%208.jpeg All_Gizah_Pyramids.jpeg

Les nécropoles étrusques peuplées de tombeaux et de tumulus dont s’inspireront les Romains dans leur art de la voûte et de la coupole :

tNk_D6TyBHgUaUN3CpEzy90X1xs.jpeg 51461-800x600-CL-ITA_Cerveteri_Tumulus_1.jpeg

tarquinia.jpeg

Ces deux civilisations nous ont également légué d’étonnants sarcophages :

philbrook_org_sarcophageteti_expo200610.jpeg

Egypte_louvre_004.jpeg

Chez les Étrusques, on les partageait parfois entre époux :

Louvre,_sarcofago_degli_sposi_00.jpeg

Sarcofago_di_larthia_seianti,_01.jpeg

Et puis ces fameux vases canopes, communs également aux deux civilisations.

Dans l’Égypes ancienne pour un défunt, ils étaient au nombre de quatre, recevant ses viscères avant la momification. Les poumons pour le génie Hapi à la tête de babouin ; le foie pour le génie Amset à la face humaine ; l’estomac pour le génie Douamoutef à la tête de chacal ; les intestins pour le génie Qebehsenouf à la tête de faucon. Il en existe des centaines d’exemplaires, tous plus précieux les uns que les autres.

imagesCAG97ZE0.jpeg canopes.jpg

imagesCA96CMFA.jpegimagesCAV4XE03.jpeg

imagesCA1LMCF2.jpeg image44.jpeg

Chez les Étrusques, nous trouvons les vases canopes de Chiusi qui recevaient, eux, les cendres du défunt avec sur le capuchon de l’urne une représentation de sa tête.

canope étru.jpg imagesCAU609Y3.jpeg

137564229906.jpeg CanopeChiusi.jpeg

Fascinant, non?

Il y a autant de façons d’appréhender philosophiquement la mort qu’il y eut et qu’il a de civilisations.

Sujet éternellement traité dans l’art pictural depuis que le sentiment artistique naquit chez l’homme de Cro-Magnon. Que dire également de l’inspiration qu’elle provoqua en musique! 

J’ai une fascination particulière pour les Étrusques, un peuple mystérieux auquel les Romains durent tant.

Pour encore quelques jours,

hoofding_web_verlenging_fr_copy_1.jpeg

 http://www.galloromeinsmuseum.be/expositions_temporaires/les-etrusques—una-storia-particolare 

Un commentaire sur “L’art de la mort

  1. Magnifique parallèle entre ces deux civilisations si fascinantes et riches en vestiges (rendons grâces aux bien-nantis).La mort est presente et inéluctable dans tous les règnes:végétal et ,animal….On a retrouvé des restes d’être enterré avec objets personnels même chez l’homme de Cro-Magnon!Respect envers le defunt et / ou peur de l’inconnu.Qu’est-ce que la mort ?sinon une cessation complète et definitive de la vie.
    Mais qu’y a-t-il apres la mort ?Chaque époque a vu fleurir ses theories,.Que l’on soit croyant ou athée,on l’apprehende et on s’y prepare…à partir dignement si possible.
    Et quand je vois cette sepulture avec couple enlacé,je ne peux m’empêcher de penser à Romeo et Juliette et à ce superbe opéra écrit par Charles Gounod.Vive la musique…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.