Retrouver sa dignité d’élève, mais oui c’est possible!

Je pars en congé l’esprit heureux. Comment vous dire, vous expliquer?

L’an dernier, en tant que professeur de français d’une première année dans l’enseignement secondaire à l’école de Coiffure et de Bioesthétique de la Ville de Liège (mieux connu sous le nom de « Pitteurs »), j’avais comme élèves des jeunes filles de 16 et même 17 ans qui avaient vécu le parcours du combattant pour en arriver là. Études primaires chaotiques pour certaines avec les deux redoublements autorisés, et échec à la première tentative au CEB. Donc go vers la 1ère différenciée dans notre école. Pour d’autres, transfuges de l’enseignement spécialisé avec un handicap maîtrisé mais bien présent. Prises en main par notre équipe pédagogique, elles ont enfin réussi à la seconde tentative leur CEB, puis elles ont intégré la première générale chez moi. Des élèves faibles mais qui en voulaient, qui travaillaient et que j’ai suivies pas à pas, à bonnes doses d’encouragements et parfois de coups de gueule et de coups de pieds dans le c… Résultat: elles passent en 2ème générale sans problème en français. Je les retrouve donc maintenant en 2ème avec beaucoup d’élèves qui viennent d’athénées réputés de la Communauté Française. Aïe, me suis-je dit, elles vont se faire bouffer toutes crues…

Et que croyez-vous qu’il arriva? Mes « petites » ont triomphé des premiers contrôles haut la main, elles sont les seules à ne pas avoir d’échec car elles savent maintenant ce que travailler pour réussir veut dire… Je les adore!

Ce merveilleux résultat qui me comble tant, c’est un travail d’équipe. Quand un enfant passe la porte de notre annexe rue Surlet, il est tout de suite pris en charge par la coordinatrice qui évalue ses besoins. L’équipe pédagogique en est informée et s’il le faut, on fait appel aux psychologues du centre PMS, on le dirige vers la logopède, on lui propose des remédiations. Le professeur est parfaitement au courant de ses difficultés (tout en respectant les règles déontologiques de la vie privée de l’enfant). Sans être laxiste, le conseil de classe saura faire preuve de tolérance dans l’évolution de son apprentissage.  

Quel grand coup de bien-être, ne plus être simplement un cancre, être reconnu comme un élève à part entière, être soutenu, encouragé! Combien d’entre eux sont venus me confier leur gratitude: « Madame, merci pour tout ce qu’on fait pour moi ici « … ah, j’en ai les larmes aux yeux en le tapant sur le clavier!

Chers élèves, chers enfants, que je suis heureuse de vos premiers résultats ! Heureuse et fière de vous !

Mon souhait: que vos compagnes et compagnons qui nous ont rejoints depuis septembre comprennent vite la perche qu’on leur tend, qu’ils la saisissent pour aller de l’avant vers une vie réussie!

S’il y en a parmi vous, chers lecteurs, qui sont intéressés par notre démarche pédagogique, laissez-moi un commentaire. Il n’est jamais trop tard pour nous rejoindre!

3 commentaires sur “Retrouver sa dignité d’élève, mais oui c’est possible!

  1. quel belle lettre remplie de bonheur, touchante, brave et qui donne du velours dans les synapses! Qand « on » s’y met le « décrochage  » recule. Bravo à toi et aux aides scolaires.
    Bon (déja!!!!!) congé cousine, je m’en vais faire mes tomates farcies, le rizotto aux cèpes qui va avec et pour finir mon fameux gâteau aux pommes….
    Bon appétit tout le monde, y compris le Michel apparu un jour sans crier gare, et qui a redisparu aussi vite!

    J'aime

  2. Le congé, c’est la fête de la Communauté française de Belgique, devenue la Fédération Wallonie-Bruxelles, commémorant notamment les Journées de Septembre, démarrage de la Révolution de 1830.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.