Don Juan

amour.jpeg« Don » en espagnol, c’est comme « Sir » en anglais ; ça se combine avec le prénom et ça marque le respect… ajoutons ici une réminiscence du Burlador de Séville, nous sommes à l’opéra que diable! et le thème du concert n’était ni plus ni moins que l’amour! Voici le programme :

Prendre le dessin d’un bijou (Lakmé – Delibes) – À la voix d’un amant fidèle (La jolie fille de Perth – Bizet) – Ô nature, pleine de grâce, Pourquoi me réveiller? (Werther – Massenet) – Un ange, une femme inconnue (La Favorite – Donizetti) – Ô blonde Céres (Les Troyens – Berlioz) – Ah, lève-toi, soleil! (Roméo – Gounod) –  Au mont Ida (La belle Hélène- Offenbach)

Ajoutez-y 5 bis… : La Fille du Régiment, Jérusalem, La Dame Blanche, Rigoletto et une dernière Belle Hélène

Repus, nous étions repus ! La salle croulait sous les bravos, les battements de mains et de pieds, les cris ; lui, nous la jouait épuisé, titubant contre le pupitre du chef… Que c’est bon, ces escarmouches et ces clins d’oeil entre un artiste et son public!

Dans les couloirs du théâtre, l’ivresse passée, certains voulurent revenir à la raison et déjà ergoter sur telle ou telle chose. C’est de bonne guerre chez certains amateurs d’opéra, jamais contents!

Certes s’ils étaient venus pour la pyrotechnie notamment rossinienne, ils s’en sont allés un peu déçus même si la rafale des contre-ut de La fille du Régiment les réconforta. Mais ce soir, le propos de Juan Diego Flórez n’était pas pas celui-là, peut-être même plus jamais celui-là.

Il arrive un moment où un chanteur, quand il est artiste, ne peut plus se satisfaire de ce qu’il fait depuis des années : il a envie de partir à l’aventure. Surtout quand sa voix le condamne à des emplois tellement typés. Je me souviens de Natalie Dessay à Orange, alors en pleine gloire, confier qu’elle ne se voyait pas à 50 ans encore roucouler la poupée Olympia. Elle s’essaya avec plus ou moins de bonheur à des rôles plus en adéquation avec son tempérament dramatique puis inassouvie et frustrée, décida de tourner la page de la représentation d’opéra. La contralto Nathalie Stuzmann a créé son ensemble Orfeo 55 et conjugue direction d’orchestre et chant. Cecilia Bartoli, elle, est devenue une vraie musicologue et met sa voix si particulière au service d’oeuvres redécouvertes par elle. Même Philippe Jarrousky n’a pas craint de faire un merveilleux détour vers la mélodie française ou carrément la chanson française. Oui, une voix trop typée peut devenir un véritable carcan qui met en souffrance vos aspirations artistiques !

Alors notre cher Juan Diego, pour s’échapper, il a devant lui un superbe boulevard : les rôles de ténor de l’opéra français. Et c’est qu’il fait avec succès. S’il ne parle pas le français, il le dit superbement sans aucune faute rédhibitoire de prononciation mais bien avec cette chaleur de timbre qui manque si souvent à ces voix françaises trop formatées par la prosodie. Il sait s’alanguir avec le Werther du premier acte dans une ferveur presqu’écologique, avec Roméo dans une extase amoureuse, avec Gérald dans une rêverie exotique du plus bel effet. Certains le comparent déjà à Alfredo Kraus. Pour ma part, j’espère qu’il ne suivra pas le chemin sec, décharné et outrecuidant de celui-ci, s’étant auto-proclamé la statue tutélaire sans aucun rival possible de Werther notamment… Notre cher Péruvien a suffisamment d’intelligence et d’humour pour éviter l’écueil, son interprétation d’Offenbach en fait foi! 

Werther justement, revenons-y ! N’est-ce pas la magie de la voix humaine et de l’opéra que d’entendre interpréter les mêmes airs par des voix aussi dissemblables que Flórez et Kauffmann !!!

Si vous me permettez moi-aussi d’ergoter, j’ajouterais qu’il y a une palette encore un peu monochrome dans son chant français comparé, oui, à Alain Vanzo ou plus proche de nous, à Roberto Alagna quand il ne faisait pas n’importe quoi et qu’il était le digne successeur de Georges Thill. Mais Juan Diego a encore toute une carrière devant lui pour assurer ce virage et approfondir ces rôles qui lui vont déjà si bien!

J.D.FLOREZ%20(%20Liège%2005.11.2014)%20013[1].jpg

Après une telle débauche d’efforts, il nous a reçus gentiment au Foyer Grétry pour une séance de dédicaces. Les appareils photos crépitèrent comme on disait dans le temps !

Comme il nous a enchantés, merci à lui !  

6 commentaires sur “Don Juan

  1. On lui souhaite beaucoup de succès dans cette nouvelle voie(et voix ;-))
    Entendu, il y quelques années (2005//2006?) dans un récital de belcanto, très brillant coloriste.

    J'aime

  2. C’est la troisième fois qu’il vient à Liège. Une première fois avec un répertoire belcantiste, sans doute celui que tu as entendu, puis une deuxième fois au Forum car l’opéra était fermé et la tente pas encore opérationnelle. Cette fois-là avec un répertoire d’opérettes et il ne nous avait pas vraiment convaincus, peut-être était-ce dû à l’acoustique du lieu… Cette fois, ce fut un régal et je crois bien que je vais acheter son disque car ce sont des airs qu’on ne chantait plus depuis Nicolaï Gedda, par exemple le Postillon de Longjumeau… et quelle gentillesse pendant et après le concert!

    J'aime

  3. J’avais été un peu déçu de l’étroitesse » de la voix, comparé a ux enregistrements…mais beaucoup de charme et des aigus brillants!

    J'aime

  4. Oh la la! A vous lire je me sens toute nue d’ignorance musicale…..mais je m’en fiche royalement, car a l’écouter, la première chose que j’ai aimée est sa parfaite diction: j’ai tout compris, et ce n’est pas rien pour une profane. Trop souvent le baragouinage des chanteurs-euses, est un souci majeur, et sans comprendre on perd totalement le fil de la chose, donc l’intérêt.
    J’aime aussi qu’il n’outrepasse pas a n’importe quel prix  » la note », ce que je déteste.
    Et puis un péruvien, s’il vient des hauts plateaux andins, a par nature de plus gros poumons que nous……il va sans doute étonner bien du monde.
    Et enfin, il n’est pas laid!

    J'aime

  5. Ah, il a un charme latino certain et beaucoup d’humour! Il fait merveille dans les opéras de Rossini par sa voix aux coloratures délirantes mais aussi par son jeu d’acteur. Il faut le voir dans la Cenerentola, le Comte Ory ou le Barbier de Séville, hilarant! Je te conseille « La Fille du régiment » de Donizetti dans la version française avec lui et Natalie Dessay. Tu vas passer un excellent moment. L’opéra doit être visible sur Internet et il existe en DVD, c’est irrésistible et d’actualité puisqu’on a transposé l’histoire chez les poilus aux tenues bleu horizon! Son français chanté est devenu parfait et le disque qui vient de sortir rassemble les plus beaux airs de ténor léger de l’opéra français. Il fait aussi quelque tentatives dans Verdi mais le problème, c’est que chez Verdi, les ténors même s’ils ont des airs légers et désinvoltes comme « La Donna è mobile » de Rigoletto, au détour de la partition, le chant devient dramatique… et là, il ne peut pas assumer, tout simplement par la nature même de sa voix… Mais étant une superstar, s’il peut, par ce statut, remettre au goût du jour ces opéras français à l’exotisme charmant, ce sera très bien et nous en serons très heureux…

    J'aime

  6. J’ai découvert Juan Diego Florez lors d’un concert organisé à La Monnaie en janvier 2001. Il venait de signer chez Decca et c’était le début de sa carrière en Europe. A cette occasion, il nous fut remis un CD hors commerce consacré à Rossini (accompagné par Riccardo Chailly). A l’issue de ce récital privé, j’ai apprécié sa gentillesse et sa disponibilité, malgré une certaine timidité.
    Que dire de sa voix, je la trouve un peu « claironnante », mais c’était un reproche fait à Mario del Monaco au début de son exceptionnelle carrière. Il n’empêche qu’il s’agit d’un artiste remarquable et qui a déjà évolué vers des prises de rôles plus dramatiques. Quelle différence entre ses premiers enregistrements, et par exemple sa prestation dans « la fille du régiment », presque aussi bien chantée que le grand Alfredo Kraus.
    Petit aparté : je suis content de retrouver vos billets sur le WEB.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.