Liber-té

imagesCAS678K3.jpegLiber, le livre, porte ouverte à la liberté de l’esprit.

On le dit moribond, on lui prédit une mort imminente, en complet désamour avec le public. Et pourtant on n’en a jamais publié autant, les chiffres de la rentrée littéraire française donnent le tournis. Et que dire du livre de jeunesse ! Bien loin le temps des uniques Bibliothèques Rose et Verte, des Marabout jaune et bleu de notre enfance !   

La sédentarisation est considérée comme une étape essentielle dans le développement des sociétés humaines etimagesCAKHHR4F.jpeg pourtant à ce stade de notre évolution, il est du dernier chic pour l’homo electronicus de redevenir « nomade ». Son téléphone, sa musique, son ordinateur et maintenant sa bibliothèque. Oui, il peut dorénavant se promener avec 200 bouquins en poche, miracle de l’ebook !

Ceux de ma génération se souviennent peut-être de « la liseuse », cet étui en cuir servant à protéger le livre lu, traditionnel cadeau que l’on offrait pour la communion solennelle. Comme le monde vit dans un éternel recommencement, ces ebooks portent aussi le délicieux nom de « liseuses électroniques »…

Personnellement, je ne puis pas en dire grand chose, ne les ayant pas encore utilisés. On vante leur confort de lecture. Quelqu’un parmi vous, chers lecteurs, pourrait-il nous faire part de son expérience ?

Mais les chats apprécieront-ils comme au temps de Colette?

imagesCA53KJA8.jpeg chat_lecteur_ebook.jpeg

Si les écolos crient déjà au loup, certes des arbres sont sauvés mais bonjour les déchets électroniques, il est bien certain que cette invention enverra aux oubliettes des scènes comme celles-ci!

caverne aux livres.jpg

desdizainesdelivresontetenecessairespourconcevoircetimpressionnantbureau40111w460.jpeg

editions-theleme-oscar-wilde.jpegPar contre, ce que j’ai testé et que j’apprécie énormément, ce sont les livres audio. Évolution moderne des cassettes qu’on enregistrait pour les aveugles et malvoyants, ils se sont mués en CD qu’on peut écouter partout, avec un choix de titres fantastiques, notamment des livres de jeunesse, bien pratiques pour faire patienter les enfants en voiture. Et de grands comédiens se prêtent à la lecture, les auteurs eux-mêmes aussi parfois. Pratique aussi en classe pour une compréhension à l’audition avec une autre voix de celle du prof…

Mais n’enterrons pas si vite le livre-papier ! Depuis sa révolution démocratique grâce aux éditions de poche imaginées par Filipacchi dans les années 50, il s’invite toujours dans les cartables, les sacs et les sacoches, offrant l’évasion et le rêve aux utilisateurs des transports en commun et autres navetteurs. Il a tant de charme et comme il sait se faire aimer, ce bouquin aux coins racornis!  

Bon bougre, il accepte aussi de passer de mains en mains. Par l’intermédiaire de ces « boîtes à livres » ou « boîtes à bouquins », en pleine rue mais à l’abri des intempéries tout de même! Concept né dans les paysFLF_1.jpeg anglo-saxons et se répandant dans beaucoup de nos villes. Le principe de base: un livre déposé = un livre emporté. 

Ou alors, tout simplement abandonné, non ! »rendu libre « , bien en vue dans un lieu public. La seule obligation de ses lecteurs : le déposer après lecture dans un autre endroit très fréquenté.

Et à ce sujet, je viens de découvrir grâce à l’émission Sans Chichis de La Deux, une initiative qui pimente le jeu. Il s’agit de suivre à la trace le livre grâce à un enregistrement sur un site Internet et à une fiche que l’on colle à l’intérieur du livre. C’est ludique et passionnant !

Toutes les infos : http://www.bookcrossing.com/

Après tout cela, bonne lecture, les amis ! 

Sculpture-livre-lecture-anthropologie-4.png

4 commentaires sur “Liber-té

  1. Quel beau mur-meuble-livres! mais bien mis pour ne pas lire les titres, car effectivement si l’on veut en enlever un c’est la misère totale!Mais l’idée fait son chemin, moi qui en ai tant.Vraiment réjouissant.
    L’échange de livre est très répandu ici, jusque dans les super ou mini marchés, où il y a une ou plusieurs étagères à l’entrée. C’est un lieu où l’on se rencontre, on devise, un bonjour dans une journée grise. Très agréable.
    J,ai essayé le I-Pad comme on dit ici, où « la tablette ». Étant une folle du livre papier ( et pourtant je vénère les arbres) je n’étais pas convaincue. Mais ce n’est pas si mal. Le coup de feuilleter comme dans un vrai livre aide beaucoup. J’aime aussi le pouvoir de changer la taille des lettres, car je dois avouer que parfois, les imprimeurs exagèrent dans la petitesse des caractères et que je n’achète pas un livre convoité pour cette raison. Et puis, avouez que vous ne prendrez jamais de photo avec le dernier Amélie N!

    J'aime

  2. Les vrais nourritures, physiques et intellectuelles : le pain et le livre. Jeter une tartine et un livre, deux crimes contre l’Humanité. Deux inventions millénaires dues au génie de l’Homme. Le pain ne se fait pas tout seul dans la nature, le livre ne s’imprime pas sans la main et l’intelligence de l’Homo sapiens et de l’Homo neanderthalensis.
    Peuple instruit, tu dois t’insurger contre ces fous qui détruisent les bibliothèques au Mali.
    Soyons vigilants, il y va de l’avenir de nos enfants et petits-enfants.
    Notre évolution actuelle est loin d’être parfaite, j’en conviens mais je la préfère à l’obscurantisme promis par les fous de dieu, pour moi, fous tout court !
    Persiste et signe.

    J'aime

  3. Cela n’excuse rien, mais la « Sainte » Inquisition a aussi pourchassé et condamné bien des intellectuels et organisé quelques beaux autodafés…

    J'aime

  4. La connaissance et le savoir du petit Peuple, ou le risque que ce Peuple devienne intelligent et réfléchisse avec ardeur, ont toujours bien embêtisés les puissants, crétins ou non de cette Terre.Ça changera sous une autre forme, pour la simple raison que selon moi le livre papier et aussi, je sais que ce que je vais dire est énorme: L’ÉCRITURE, telle que nous la connaissons, disparaitront dans un temps pas si lointain. En voici la raison. À la dernière rencontre parents-profs, les parents se sont vigoureusement insurgés contre l’obligation de l’ écriture cursive à la main pour faire les devoirs….perte de temps, désuet, ne rencontre plus les critères modernes ont ils criés en choeur et avec coeur…..tête de la directrice! Tous, sauf moi ( hé oui) disent que veut-veut pas toute la « toile » écrit en bachibouzouk ( ça c’est de moi), ou disons une sorte d’espéranto mondial ( Tour de Babel définitivement à terre?) sur leur I-N’importe quoi, du genre « ap-m-tud-ste » avec 2 pouces à une vitesse vertigineuse, voulant dire peux-tu me téléphoner dès maintenant? J’ai même vu un très langoureux « I lv u » signifiant  » I love you ». Quelle engagement à aimer rapido l’auteur de ces signes divins! Mes petits amis si nous voulons comprendre ce que nos arrières petits-enfants nous « écriront », enfin si ils y pensent, nous avons tout intérêt à apprendre le bachibouzoukuniversel.
    Et alors, quelques bien vieux « érudits », qui sauront encore lire ces lettres et phrases étranges de l’Ancien Temps deviendront les nouveaux dieux et maîtres d’un savoir quasi disparu….retour de balancier n’est-il pas?À ce moment-là, la Terre entière et les syndicats brigueront le droit inaliénable du petit Peuple à connaitre l’écriture ancienne, non mais des fois, qui c’est le maître ici.
    Ouf! on l’a échappé belle.Peut-être, finalement les livres et l’écriture vont résister au Temps.
    Sur ce je m’en vais lire dans un français magnifique, à haute voix, mon merveilleux Livre de la Jungle, édition rare de 1958 à mon cher petit-fils….et Le Petit Prince édition de la même époque suivra…finalement nous avons encore une bien belle époque livresque, profitons en!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.