Diable préfabriqué

C’est à une autre époque, dans une autre vie que j’ai découvert Berlin. En octobre 2000, on y fêtait le dixième anniversaire de la réunification. L’avenir européen semblait radieux ; la guerre froide, définitivement enterrée ; la paix, à portée de main…

Si Paris s’enorgueillit de sa « Vieille dame de fer », la capitale allemande est, elle aussi, hérissée de tours. Vers l’ancien Berlin-Est, la fameuse Fernsehturm (la tour de la télévision) qui de ses 365 m permettait à la RDA de tout voir du côté ouest ; vers l’ancien Berlin-ouest, la Siegessäule ou Else d’or, colonne célébrant les victoires de la Prusse contre le Danemark, l’Autriche et la France ; La Funkturm (la tour de la Radio), relais vers « le monde libre »… Et pour poursuivre dans la comparaison avec Paris, dans le lointain ce qui pourrait faire penser au Sacré-Coeur!

Mais si on zoome, on aperçoit alors un bien étrange bâtiment complètement délabré.

C’est la Teufelsberg, la colline du diable avec à son sommet une ancienne « grande oreille » américaine, une des plus grandes bases d’espionnage du temps de la Guerre froide. On y recevait et décryptait tous les signaux venant du Bloc de l’Est, URSS comprise. Sa construction a commencé au début des années 60, s’est amplifiée dans les années 70 pour se terminer et fonctionner à plein régime dans les années 80.

La station de la NSA était parfaitement intégrée au paysage et aux loisirs berlinois avec des lieux de détente, une piste de ski, un grand lac et même un vignoble…

La disparition de l’URSS sonne le glas de la station. Elle est démantelée puis abandonnée. Aujourd’hui, ses ruines sont le témoin d’une époque pas si lointaine de l’histoire européenne et représentent un des plus grands lieux d’expression d’art urbain avec graffs, graffitis et tags en tous genres.

Des voix s’élèvent aujourd’hui pour réhabiliter le site mais tous les projets se heurtent au fait que la forêt environnante est classée désormais réserve naturelle.

Et pourtant, cette Teufelberg, cette colline du diable n’a absolument rien de naturel, c’est une création totale. Une création dramatique et assez morbide… Cette colline verdoyante de 120 mètres de haut a été construite dès 1950 avec 26 millions de m3 de gravats des ruines du Berlin bombardé.

Mais ce n’est pas tout! Ces tonnes de gravats ont enseveli un bâtiment que les Alliés voulaient voir disparaître à tout jamais : la Wehrtetechnische Fakultät, la faculté de génie militaire de l’université de Berlin… Un site imposant qu’il fut plus facile, même s’il avait été bombardé, d’ensevelir que de démolir.

Voilà donc l’étonnante histoire de cette colline du diable!

Si le site vous intéresse, il fait partie du programme de certaines agences touristiques lorsque les visites sont autorisées sur la base américaine… Quant à son avenir, il est depuis 2013 en discussion avec les différents intervenants politiques.

Il y a certaines vertes collines qui cachent décidément bien leur jeu…

4 commentaires sur “Diable préfabriqué

  1. J’ai visité Berlin à de nombreuses reprises avant et après la chute du mur. Mais je n’avais jamais entendu parler de cette colonne du diable. Cette ville est très importante pour moi. Mon père y a passé 3 ans de sa vie, comme « travailleur déporté » (trop jeune à l’époque -18 ans- pour être « prisonnier de guerrre »). J’ai eu la chance, en 1979, de visiter l’endroit où il travaillait (Borzig) mais j’ai eu beaucoup de mal à communiquer sur le sujet (tabou et caché) avec le représentant de l’usine qui m’a accueilli… Je remercie l’ami Berlinois qui m’y a aidé. Après une longue négociation…il a finalement accepté de me montrer un album photos de l’époque. Pas prêt d’oublier cette visite.

    Aimé par 1 personne

  2. Ce peuple est marqué à jamais. Je me doute bien que ce fut une visite extrêmement émouvante pour toi. Je ne connais pas vraiment Berlin, j’y suis allée une seule fois en y accompagnant des élèves. En 2000, c’était encore une ville très marquée. Le no man’s land de la Postdamer platz n’était pas encore construit de tous ces incroyables buildings. J’avais pu juste m’échapper deux heures car je voulais absolument voir la Philharmonie. J’aimerais beaucoup y retourner, mon cours d’allemand organise un séjour d’une semaine en fin d’année mais impossible de partir si longtemps si loin… Cette histoire de colline, je l’ai découverte hier à la chaîne Voyage et j’ai vraiment voulu en connaître plus. Quelle histoire extraordinaire… Merci de me lire, cher José! ça fait chaud au cœur car rédiger un tel article, avec documentations et photos, demande des heures de recherche et de mise en page… que ça intéresse quelqu’un et qu’il ait la gentillesse de me le dire, c’est gratifiant!!!

    J'aime

  3. De ces années de guerre froide , je ne connais que mon voyage en Pologne en août 1980 en transitant par Berlin -Est avec ses barbelés ,ses miradors ,ses chiens , et ses fouilles profondes .Le peu que j’ai vu était figé dans le temps et les quelques personnes rencontrées ( on s’était perdues et on cherchait la sortie ! ) étaient certes aimables mais si réservées .Découvrir la Pologne si chère à Maman , a été une grande joie pour ma sœur et moi mais aussi une projection dans une autre époque . Ce pays avait des années de retard au point de vue économique et développement , enfermé dans une solide coquille par un communisme intransigeant .A notre retour , éclataient les grandes grèves à Gdansk., à Solidarnosc ….et plus tard ,à l’effondrement de tous les régimes communistes de l’Europe de l’Est .
    Je ne connais donc rien de Berlin ,juste des photos , des films documentaires et cette colline du diable magnifiquement décrite et imagée .On traverse une période de l’Histoire et déjà on se demande comment cela a pu exister ?
    Si par bonheur Berlin pouvait être au programme d’un voyage ( même avec une nuit ) , je serai diantrement intéressée ….et d’autant plus avec toi ,ma gente dame .

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s