Justice et politique

Je ne résiste pas , chers amis qui ne me suivez pas sur Facebook, à vous faire partager une perle que je viens de redécouvrir. Suite à la lecture de deux billets sur Mozart et Riccardo Muti sous la plume de Jean-Pierre Rousseau ( http://jeanpierrerousseaublog.com/ ), m’est revenu en tête le souvenir du grand plaisir que j’avais ressenti à l’écoute des Noces de Figaro dirigé par ce chef, un enregistrement que j’avais trouvé très vivant, « du peps comme dans la Folle Journée de Beaumarchais » ai-je écrit (avec notamment le merveilleux baryton Thomas Allen, trop peu connu chez nous).

Coincée à la maison pour raison de maladie, je me suis amusée à revoir quelques vidéos du merveilleux film « Beaumarchais l’insolent » d’Édouard Molinaro. Au gré de ma navigation, voici la perle que j’ai trouvée ! Je suis encore toute retournée de l’incroyable actualité de cette scène.

Voici mon commentaire à chaud publié sur Facebook et puis la perle en question. Ah, vous ne regretterez pas d’avoir fait le voyage !!!!        

Il y a de l’actualité là-dedans… des propos que l’on pourrait mettre dans la bouche de certains de nos contemporains. Regardez tout, les amis, c’est du caviar! Et quelle distribution! Oh, je sens que je vais me repasser le film en entier ce soir et que je vais me délecter de certains répliques! Du bonheur en perspective dû à une conversation virtuelle sur Les Noces de Figaro avec Monsieur Rousseau ! (Le nôtre évidemment!)

par mariodelpais

Un commentaire sur “Justice et politique

  1. quelle jouissance merveilleuse, et quelle équipe d’acteurs! il me faut trouver ce bijou que je ne connais pas.
    Rita, je reviens d’un concert, si si!
    Salle Tudor, « printemps à l’italienne par l’orchestre de chambre I Musici de Montréal….que d’émotions sur le coup de 11h du matin! au programme:
    Marjan Mozetich, Fantasia…sul linguaggio perduto que j’ai trouvé étonnant et langoureux!
    Alessandro Annunziata, présent dans la salle, Rhapsodie sérénade pour violon solo et cordes. La violoniste solo est Laura Andriani…..alors là une épreuve virtuose fantastique qui nous a tous estomaqués, dans le bon sens du terme! quelle œuvre époustouflante, pétaradante et hors souffle. La salle a été complètement subjuguée et moi aussi!
    Luigi Boccherini La musica Notturna delle strate di Madrid. absolument étonnant aussi.
    Carlo Gesualdo avec Moro lasso, sombre à souhait et qui se termine dans le vide, …..personne n’avait compris que c’était fini!
    Et enfin un Vivaldi complètement étrange, car recomposé ( incroyable, non?) par Max Richter, dans le fameux Printemps. Le dolce est un enivrant trille d’oiseaux, le largo est complètement ailleurs et l’allegro est joli, mais bizarre aux oreilles car on ne reconnait rien!
    Gros succès et applaudissements nourris. J’au passé une excellente matinée complètement émotionnelle, comme un repas gastronomique avec des mets vraiment incongrus et qu’on ne reconnait pas!
    Meilleure santé cousine et ris beaucoup avec tes bons films….ça guérit plein de bobos.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.